Comment éviter que votre newsletter ne finisse dans la boîte à spams ?

Comment éviter que votre newsletter ne finisse dans la boîte à spams ?

La délivrabilité est un terme important dans le domaine du marketing par courriel. Étant donné que de nombreux courriers électroniques non sollicités sont envoyés à ce jour, les clients de messagerie tels que Gmail ou Hotmail vérifient si un courrier électronique est suspecté d’être un message non sollicité. Pour cela, ils utilisent des filtres anti-spam. C’est une bonne nouvelle en soi, mais les filtres anti-spam peuvent être si stricts que votre courriel bien intentionné n’arrive parfois pas dans la boîte de réception de votre abonné à la newsletter. 

Dans ce blog, vous trouverez 10 conseils pour vous assurer que vos e-mails arrivent dans votre boîte de réception et non dans la boîte à spam.

Qu’est-ce que la délivrabilité des e-mails ?

Celle-ci indique si un courriel arrive tout de même dans la boîte de réception du destinataire et n’est donc pas bloqué par les filtres anti-spam. Dans le monde entier, de nombreux spams sont encore envoyés, soit environ 50 milliards de messages par jour. Heureusement, les filtres anti-spam sont de plus en plus intelligents, mais cela rend également difficile l’arrivée de votre courriel bien intentionné 📧 

La délivrabilité est un processus continu qui n’est jamais terminé, mais une fois que vous aurez optimisé les points les plus importants, vous verrez votre délivrabilité augmenter. 

Attention ! Chez de nombreux fournisseurs de services de courrier électronique, vous trouverez le pourcentage du taux de livraison. Il s’agit du pourcentage d’e-mails qui ont été délivrés avec succès. Il ne précise pas s’il est arrivé dans la boîte à spam ou dans la boîte de réception. Ne confondez donc pas les termes taux de livraison et délivrabilité.

1. Expéditeur

Nom de l’expéditeur

Veuillez être aussi précis que possible quant au nom de l’expéditeur. Roy, de RED Online Marketing, est un exemple d’expéditeur. Mais RED Online Marketing est aussi un bon expéditeur. Les noms généraux tels que « Service clientèle » sont souvent considérés comme peu fiables par les clients de messagerie, il faut donc les éviter. 

Adresse mail de l’expéditeur

Évitez les adresses électroniques avec info@, support@ et no-reply@.
Utilisez plutôt des adresses électroniques telles que newsletter@. 

Authenticité de l’e-mail 

Configurez l’authentification de vos e-mails pour vous identifier comme un expéditeur de confiance. Cela comprend la mise en place de : 

  • SPF (Sender Policy Framework)

Votre enregistrement SPF indique quels serveurs sont autorisés à envoyer des e-mails au nom de votre nom de domaine. Le serveur qui reçoit l’e-mail utilisera alors l’enregistrement SPF pour décider de transférer ou non l’e-mail. 

  • DKIM (DomainKeys Identified Mail)

Il s’agit d’une signature numérique unique dans l’en-tête de votre courrier électronique. Dans les paramètres DNS du domaine d’envoi, placez une clé publique correspondante que le serveur de messagerie utilise pour vérifier que c’est bien vous qui avez envoyé le message.

  • DMARC (Domain-based Message Authentication, Reporting & Conformance – authentification, rapport et conformité des messages basés sur le domaine)

Une politique qui est publiée dans l’enregistrement DNS. Où vous indiquez que vous utilisez SPF et/ou DKIM.

2. Objet du message

Utilisez un bon objet, suffisamment intéressant pour le destinataire ouvre votre courrier électronique. Évitez les mots comme « gratuit » et « gagner » et évitez autant que possible d’utiliser des majuscules et des points d’exclamation. Un emoji dans la ligne d’objet ne fait pas de mal du tout. De plus, une bonne interaction a une influence positive sur la délivrabilité de votre mail. Utilisez environ 7 mots / 41 caractères pour la ligne d’objet, par exemple : Réduction sur votre réservation cet été.

3. Utilisez un système de double opt-in

Lorsque les personnes s’inscrivent à la newsletter, demandez-leur de confirmer leur abonnement via un mail de confirmation. De cette façon, vous êtes sûr que l’adresse électronique saisie est correcte et que vous n’envoyez pas accidentellement un courriel à une adresse inexistante (= pas bon pour votre délivrabilité). Comme vous venez de le lire, un bon taux d’ouverture a une influence positive sur la délivrabilité. 

email-scan

4. Faites le tri dans votre liste d’abonnés

De préférence, n’envoyez des messages qu’aux personnes actives. Il vaut mieux ne pas garder les abonnés qui n’ont pas ouvert une seule fois une newsletter au cours de l’année écoulée (et qui ont reçu un e-mail). Ils brouillent vos chiffres et n’améliorent en rien votre réputation en matière de mailing. De plus, ils font en sorte que votre e-mail finisse plus vite dans la boîte à spam ! 

Les personnes inactives peuvent être informées par un e-mail de réactivation qu’elles ne recevront plus d’e-mails sauf si elles indiquent explicitement qu’elles veulent continuer à recevoir la newsletter. 

En outre, les fournisseurs désactivent souvent une adresse électronique si elle est restée inactive pendant une longue période. La définition d’une « longue période » diffère d’un fournisseur à l’autre : 3 mois pour l’AOL américain mais une période d’un an est plus courante. Après qu’une adresse ait été déclarée inactive, le fournisseur rejette tout le courrier entrant (il produit un rebond) pendant une certaine période, généralement un an ou plus. 

Avant d’importer une (ancienne) liste d’abonnés, il est donc fortement recommandé de vérifier l'(in)activité et de contrôler les adresses électroniques à l’aide d’un outil de vérification qui indique si celles-ci existent toujours. 

Attention ! N’achetez jamais une liste d’adresses mail. Un tel fichier est très souvent de mauvaise qualité et a un impact négatif important sur la réputation de vos mailings et donc sur votre délivrabilité. 

5. Le poids de votre e-mail

Les fournisseurs de services de courrier électronique bloquent souvent les courriels trop lourds. Veillez à ce que vos e-mails ne le soient pas trop. Gardez un maximum de 75 kb pour votre texte et assurez-vous que votre e-mail, y compris toutes les images chargées, ne dépasse pas 250 kb. Vous pouvez vérifier le poids de vos e-mails avec l’outil gratuit E-mail Analyzer.

6. Version texte

Envoyez toujours avec votre newsletter une version texte reprenant la plus grande partie possible du contenu. Avec certains fournisseurs, cette information est générée automatiquement. Avec d’autres, la version texte doit être remplie manuellement. Vérifiez toujours s’il y a un en-tête, du contenu et un pied de page dans la version texte. N’oubliez pas de mentionner la version en ligne et le lien de désabonnement dans l’en-tête et/ou le pied de page. 

7. Lien de désabonnement

Veillez à ce que le destinataire de l’e-mail puisse facilement se désinscrire. Mettez de préférence un lien de désabonnement dans l’en-tête et le pied de page. Lorsqu’une personne ne peut pas trouver un lien de désabonnement (suffisamment) rapidement, elle est plus susceptible de marquer votre e-mail comme un spam. Logiquement, cela a des conséquences négatives sur votre réputation d’envoi. 

8. Soyez pertinent

Les e-mails contenant un message pertinent génèrent davantage d’ouvertures et de clics, ce qui a un effet positif sur la réputation de l’expéditeur. Une personne qui dispose d’un emplacement pour un an avec une caravane dans un camping et qui reçoit une lettre d’information ayant pour objet « Louez une tente » ne sera pas pas intéressé à ouvrir cet e-mail.

9. Envoyer de manière régulière

La meilleure fréquence d’envoi des e-mails dépend de votre groupe cible et de la valeur de vos informations. Pour un site Web proposant des offres quotidiennes, il est logique d’envoyer des courriels tous les jours. Pour un camping, des envois mensuels sont une bonne fréquence. Il est important de maintenir la régularité. Si vous n’envoyez pas de courrier pendant des mois et que vous envoyez « soudainement » du courrier chaque semaine pendant les périodes importantes, vous pouvez vous attendre à un plus grand nombre de désabonnements. Vous pouvez également compter sur un pourcentage élevé de rebonds lorsque vous envoyez votre première newsletter, ce qui signifie qu’une grande partie de votre base de données ne la recevra plus. 

10. Outil de test gratuit

Voulez-vous savoir comment votre courriel est évalué ? Vérifiez-le avec l’outil gratuit Email Analyzer. Cet outil indique, sur la base de cinq points, ce que vous pouvez améliorer dans l’e-mail en termes de liens (in)fonctionnels, de poids des images et, par exemple, de paramètres techniques de l’expéditeur. 

Pour terminer…

L’amélioration de la délivrabilité ne se fait pas du jour au lendemain. Si vous avez mis à jour tous les conseils d’optimisation, cela ne signifie pas automatiquement que votre délivrabilité s’est améliorée immédiatement. Cela prend du temps. Et si la délivrabilité est élevée, assurez-vous qu’elle le reste !

    Avez-vous besoin d’aide pour accroître votre délivrabilité ?

    Partager ce blog:

    Partager sur facebook
    Partager sur twitter
    Partager sur linkedin

    Auteur:

    Elise Menkveld

    Articles apparentés